COMMUNIQUE DE PRESSE

Classé dans : Uncategorized | 0

« Justice pour les victimes d’Abéché et de Sandanan »

En moins d’un mois, nous assistons au Tchad à des tueries barbares d’une autre époque. Pas moins de treize citoyens tchadiens abattus à Abéché dans la province du Ouaddaï  par les forces de l’ordre. Une autre tuerie a été organisée par les éleveurs sur les paysans à Sandanan dans le Moyen Chari faisant quatorze morts et plusieurs dizaines de bessés.

L’Association Tchadienne pour la Promotion et la Défense des Droits de l’Homme (ATPDH) ne peut rester indifférente face à ces événements sanglants, indignes et barbares perpétrés sur des paisibles citoyens.

L’ATPDH condamne avec la dernière énergie ces tueries savamment orchestrées sur des paisibles citoyens.

Les massacres de Sandanan et d’Abéché constituent des graves violations des droits de l’homme et constituent un défi à l’autorité de l’Etat. Face à l’impunité entretenue et généralisée dans le pays, l’ATPDH attire l’attention de l’opinion nationale et internationale sur le non respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales au Tchad.

Pour ce faire, l’ATPDH interpelle les autorités traditionnelles afin de :

-Mettre en place une commission d’enquête indépendante et mixte pour faire la lumière sur les deux cas ;

-Arrêter et traduire en justice toutes les personnes impliquées dans ces tueries ;

-Prendre des mesures afin que de tels actes de barbarie ne se reproduisent plus au Tchad.

Par ailleurs, l’ATPDH se déclare  partie civile dans les deux dossiers (tuerie d’Abéché et celle de Sandanan) et demande aux survivants de ces tueries et aux familles des victimes de se rapprocher de ses représentations dans les provinces pour les modalités pratiques de la procédure.

Fait à N’Djamena, le 14 février2022

 

La Présidente

 

Agnès Idjima Lokiam

Laisser un commentaire